• Méta

  • décembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Bienvenue

    Cher(e)s collègues, Nous sommes heureux de vous accueillir sur le blog de La CGT SCA Le Theil Ce blog se veut un lien supplémentaire entre nous afin de partager au mieux un certain nombre d'informations, mais aussi un lien interactif de partage et d'échange. Vous pouvez ainsi laisser un commentaire à chaque article présent sur ce blog. A bientôt.
  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Catégories

    • pas de droits sur l'album 209276

Médecine du travail: CGT, FO, CFE-CGC critiquent, CFDT applaudit

Posté par cgtscaletheil le 6 décembre 2016

la-reforme-de-la-medecine-du-travail-est-prevue-dans-la-tres-contestee-loi-travail-de-la-ministre-myriam-el-khomri_5756381

 

 

Paris – Le projet de décret réformant la médecine du travail va entraîner une diminution de la protection des salariés, ont estimé jeudi la CGT, FO et CFE-CGC,

à contre courant de la CFDT, qui y voit une « vraie évolution ».  

Le texte, susceptible d’évoluer, doit entrer en vigueur le 1e janvier. Il a été examiné jeudi en Conseil d’orientation des conditions de travail, une instance consultative sous l’égide du ministère du Travail. 

Cette instance doit statuer le 7 décembre sur cette réforme, l’une des plus contestées de la loi travail. Les partenaires sociaux émettront alors leurs avis, qui sont consultatifs                                                                                                                           . 

Le texte prévoit de supprimer la visite médicale d’embauche, sauf pour les métiers à risques. Elle sera remplacée par une « visite d’information et de prévention » qui aura désormais lieu « dans un délai de cinq ans » (contre deux actuellement), quatre pour les salariés sur des postes à risques. 

Interrogé par l’AFP, le ministère du Travail s’est dit « ouvert à des évolutions« , tout en défendant « l’équilibre satisfaisant du texte » qui permet au médecin de travail, une profession en forte pénurie, de mieux cibler les visites. 

« Si on regarde le nombre de personnes embauchées en France, il faut 22 millions de visites par an et aujourd’hui on est en mesure de faire trois millions parce qu’il n’y a pas assez de médecins du travail« , souligne le ministère, qui va saisir l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) en vue d’une mission pour rendre ce métier attractif. 

Hervé Garnier, secrétaire général chargé du sujet à la CFDT, a qualifié cette réforme de « vraie évolution« : « On sort d’une médecine punitive où le médecin dit +T’es apte ou inapte+ au travail. On sort d’une certaine logique discriminatoire« .  

Autre point positif, selon lui: elle prend en compte la pénurie du nombre de médecins du travail, en espaçant les visites jusqu’à cinq ans et en permettant de les faire par une « équipe pluridisciplinaire » (infirmier, médecin référent). 

A l’inverse, la CGT, FO et la CFE-CGC estiment que des visites espacées empêcheront de détecter les risques pour les salariés et émettront un avis négatif le 7 décembre. 

« Au bout de cinq ans, le salarié n’est même pas sûr d’avoir un médecin en face de lui!« , s’inquiète Jérôme Vivenza, de la CGT. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a adressé en avril un courrier à la ministre du Travail Myriam El Khomri pour réclamer une mission à l’Igas afin d’engager « une vraie réforme« . Sans avoir de réponse, selon le syndicat. 

Cette réforme « aboutit à ce que les médecins du travail ne détecteront plus les nouvelles pathologies » comme le stress ou le burn-out, s’inquiète de son côté la CFE-CGC. 

Espacer les visites « veut dire que toutes les mécaniques de prévention vont disparaître« , a abondé Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, sur Radio Classique-Paris Première. Il y a aussi, selon lui, un « risque de contentieux« , pour l’employeur et les salariés. FO dénonce également les changements prévus pour les travailleurs de nuit, dont la visite semestrielle va passer à trois ans. 

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La Lettre Fédérale 15

Posté par cgtscaletheil le 19 octobre 2016

La Lettre Fédérale 15 dans informations LF15premiered803-39718

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La Lettre Fédérale

Posté par cgtscaletheil le 3 octobre 2016

La Lettre Fédérale LF14premiere7f98-ddcbd

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La responsabilité de l’employeur en matière de burn – out

Posté par cgtscaletheil le 22 septembre 2016

La responsabilité de l'employeur en matière de burn-outLa responsabilité de l’employeur en matière de burn-out

En France 3,2 millions de Français sont exposés à un risque élevé de  » burn-out  » ou syndrome d’épuisement professionnel. Ce syndrome frappe sans distinction, cadres et simples employés, sal…

http://www.juritravail.com/Actualite/prevenir-sanctionner-harcelement

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La lettre Fédérale

Posté par cgtscaletheil le 7 septembre 2016

La lettre Fédérale dans informations LF13premiere81bf-ac7f6

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

loi travail !!!!

Posté par cgtscaletheil le 24 août 2016

ob_4f721b_88262703-pfichier pdf article la matinale du monde 24 08 2016

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

Décryptage de la dernière version de la loi Travail

Posté par cgtscaletheil le 24 août 2016

Décryptage de la dernière version de la loi Travail

 

Grâce à la mobilisation, le gouvernement a reculé sur plusieurs aspects de la loi Travail, mais l’essentiel des dangers de la loi Travail demeurent. La définition du temps de travail (rémunér…

http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/decryptage-post-49

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

Congés payés, que se passe-t-il si vous tombez malade ?

Posté par cgtscaletheil le 17 août 2016

 

 

Congés payés, que se passe-t-il si vous tombez malade ? dans informations

Vous tombez malade, êtes accidenté(e) durant vos congés payés ou un évènement familial a lieu. Voici comment ça se passe avec l’employeur.

En cas de maladie (ou d’accident) durant les congés payés, après envoi d’un arrêt maladie à votre employeur (n’oubliez surtout pas) de deux choses l’une :

- vous conservez les jours de congés payés si c’est prévu par un accord dans votre entreprise ou une convention collective,

- à défaut, c’est votre employeur qui décide puisqu’il n’est pas tenu de reporter vos congés payés ni de vous verser une indemnité compensatrice. L’arrêt maladie n’interrompt pas les congés payés. Vous devez donc lui en faire la demande écrite par lettre recommandée avec avis de réception selon le modèle téléchargeable ici

C’est ce que prévoit la jurisprudence pour l’instant (arrêt de la Cour de cassation n° 93-44 907 du 4 décembre 1996). En effet, la Cour de justice européenne a jugé, le 22 novembre 2011, qu’un arrêt maladie qui survient pendant les congés payés  ne peut pas priver un salarié de son droit à congés payés. Or le droit français n’a toujours pas transposé cette disposition consultable ici

Dans l’immédiat et en pratique, sauf dispositions conventionnelles plus favorables ou accord de l’employeur, si votre maladie cesse avant la fin des congés payés, vous pouvez poursuivre ceux-ci jusqu’à leur terme. Mais vous perdrez les jours de congés payés pour la période durant laquelle vous étiez malade. Si vous êtes toujours malade à la fin des congés payés, vous reprendrez le travail à l’issue de l’arrêt de travail et vous perdrez vos jours de congés payés. Pas d’indemnité compensatrice non plus.

En cas de refus écrit de votre employeur suite à votre demande, il vous reste donc la possibilité de vous prévaloir de la décision de la Cour de justice européenne ci-dessus pour demander aux Prud’hommes le report ou la prolongation des congés payés.

Par contre, vous tombez malade avant de partir en congés, vous avez droit à leur report. Une condition : vous devez reprendre le travail à l’issue de l’arrêt maladie et non cumuler congés maladie et congés payés.

De plus vos congés payés ne sont pas perdus sils ne peuvent pas être pris dans la période autorisée puisque, rappelons-le, c’est l’employeur qui décide de la prise de congés payés.

 

En cas d’évènement familial (mariage, naissance, Pacs, décès dans la famille, enfant malade etc.), pendant les congés payés, ceux-ci ne sont ni prolongés ni reportés du nombre de jours dûs pour cet évènement. Donc pas d’impact sur les congés payés et pas d’indemnisation compensatrice.

Cependant des dispositions conventionnelles (accords d’entreprises ou interprofessionnels, conventions collectives) peuvent prévoir des conditions plus favorables.

Pour connaître le nombre de jours de congés pour évènement familial cliquez  ici

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La Lettre Fédéral

Posté par cgtscaletheil le 6 juillet 2016

 

La Lettre Fédéral  dans 7 jours FILPAC LF12premiere5244-f581a

Publié dans 7 jours FILPAC | Pas de Commentaire »

Au contraire de l’essoufflement, une détermination croissante

Posté par cgtscaletheil le 1 juillet 2016

Loi travail

 

 

704129 votations ont été remises ce matin au service de la présidence de la république venant de 15796 bureaux de vote, avec une expression de 91,99% pour le retrait du projet de loi travail.

Résultat obtenu en à peine 3 semaines. Un premier comptage, l’activité intense de la période n’ayant pas permis à toutes les structures de faire remonter  leurs chiffrages. D’où notre décision de faire perdurer la votation jusqu’au 5 juillet, jour d’ouverture des débats à l’Assemblée Nationale.

Ce premier résultat n’en est pas moins un véritable succès de participation et, ceux qui prônent la démocratie à l’entreprise, la prise en compte de l’avis des salariés feraient bien de le prendre en compte et d’entendre la voix de la raison et du peuple, nul doute que d’ici le 5 juillet ce sera plus d’un million de votations qui seront recueillies, ne pas entendre, de leur part, serait nier l’expression démocratique qu’ils vantent tant.

Près de 200 000 manifestants à travers plus de 91 initiatives sont comptabilisés.

Aujourd’hui, le mouvement ne cesse de s’élargir à de nouvelles professions telles les salariés de la restauration scolaire de Lyon.

A Paris la mobilisation ne décroit pas non plus, 60 000 manifestants, même si une fois de plus des dysfonctionnements notoires dans les consignes données aux forces de l’ordre se sont avérées. En effet, sans même en avoir été prévenue, des chemins d’accès à la place de la bastille ont été interdit a nombre de camionnette avec ballons de structures, mais pire, il en a été de même pour les manifestants à pieds. Pour ceux qui ont pu accéder, une fouille au corps quasi au sens propre du terme était pratiquée, un tel zèle ne peut qu’interroger.

Qu’à cela ne tienne, à Paris comme ailleurs, la détermination reste. La loi travail est toujours rejetée par 70% de la population et la mobilisation est partagée et soutenue par 62%.

Le gouvernement ne peut rester sans considération face à cette réalité, ce même gouvernement qui ne cesse d’évoquer le respect de la démocratie, parole du président de la république lundi à propos du référendum en Angleterre, dixit « il faut savoir entendre la voix des peuples », la CGT est pleinement d’accord, charge aux pouvoirs en place d’assumer leurs responsabilités.

La rencontre de demain avec le Premier Ministre et la Ministre du travail en est l’occasion.

L‘intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL à d’ores et déjà programmée une nouvelle journée de grève et de manifestation le 5 juillet, jour d’ouverture des débats à l’Assemblée Nationale. La loi travail est et restera inacceptable, la CGT y est opposée et  exige la suspension des débats parlementaires et  la suppression des articles qui en sont la colonne vertébrale au profit d’une véritable négociation de loi de progrès social.

Montreuil le 28 juin 2016.

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

12345...83
 

Monbazillac: informations c... |
yannfanch |
Klem Ellil Parole de la nuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Buzz Him
| Le terrorisme en Afrique oc...
| SHOWROOM PRIVE