• Méta

  • août 2017
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Bienvenue

    Cher(e)s collègues, Nous sommes heureux de vous accueillir sur le blog de La CGT SCA Le Theil Ce blog se veut un lien supplémentaire entre nous afin de partager au mieux un certain nombre d'informations, mais aussi un lien interactif de partage et d'échange. Vous pouvez ainsi laisser un commentaire à chaque article présent sur ce blog. A bientôt.
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Catégories

    • pas de droits sur l'album 209276

Loi Travail !!!!

Posté par cgtscaletheil le 18 juillet 2017

Capture-d-ecran-2015-01-21-a-19.28.47

Dérèglementation, flexibilité et précarité à tous les étages

 

 

Le cycle des 6 rencontres bilatérales d’une heure entre la Cgt et le ministère du travail est terminé.

Le gouvernement siffle la fin du premier acte  en ayant dévoilé  son projet à  dose homéopathique et sans préciser si les organisations syndicales seront associer à la suite.

A nous de nous imposer dans le débat !

Les mesures envisagées  sont  toutes  régressives  et taillées sur mesure pour satisfaire aux exigences patronales : plus de flexibilité, plus de précarité, moins de salaire…
Il s’agit aussi de brouiller les repères collectifs, jusque-là communs à tous et consignés dans le code du travail et les conventions collectives, et   instituer un contrat de travail, avec des règles différentes dans chaque profession.

Ainsi, tous les CDD, les contrats d’intérim, seraient règlementés au niveau de la branche voire dans certains secteurs par accord d’entreprise. Si on y ajoute le contrat de chantier, élargi à toutes les professions sous le nom de « contrat d’opération », c’est la précarité additionnée à la précarité, la précarité à vie.

Un accord de branche pourrait, par exemple, décider de  maintenir les 10% de prime de précarité  en vigueur aujourd’hui dans la Loi, pour un salarié en CDD  à condition d’accepter plus de 2 renouvellements de ce type de contrat.
Plus de précarité et pour plus longtemps en échange du maintien de droits déjà acquis, quelle belle contrepartie !

En cas de licenciement, le salarié (comme son employeur) pourrait être exonéré fiscalement sur ses indemnités de départ s’il accepte une rupture conventionnelle mais pénalisé fortement s’il va aux Prud’hommes.

Quand on sait que 92% des contentieux aux prud’hommes concernent des licenciements abusifs, on comprend aisément que le patronat vient d’obtenir le droit de licencier sans  contrainte

Le gouvernement envisage également de déréglementer le travail de nuit, de remettre en cause les primes d’habillage/déshabillage, le passage de consignes prévus dans le temps  de travail effectif pour certaines conventions collectives …

Payer moins cher le quart d’heure supplémentaire effectué par une hôtesse de caisse dans une enseigne d’alimentation, chacun comprendra que c’est une mesure cruciale pour lutter contre le chômage de masse !

Ce projet de loi est nuisible pour le monde du travail, il doit être combattu ! La CGT propose de faire du 12 septembre une grande journée de grève  interprofessionnelle pour imposer un code du travail de progrès social.

Montreuil, le 18 juillet 2017

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La précarité comme modèle social !

Posté par cgtscaletheil le 30 juin 2017

 

 

*

  LOI D’HABILITATION                                                                                                                                                             Logo-cgt.svg

La précarité comme modèle social !

mercredi 28 juin 2017

Début juin, la presse publiait un avant-projet de loi que la CGT se refusait à commenter. Le gouvernement assurait qu’il n’émanait pas de lui et démentait son contenu… il est aujourd’hui confirmé ! Le « Projet de loi d’habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social » en est la copie conforme !

La conférence de presse de la ministre du Travail, en ce début d’après-midi, confirme ce que la CGT craint depuis le début du mois de juin : des attaques qui, comme la loi El Khomri, sont des attaques portées au monde du travail d’une importance jamais égalée, participant d’une généralisation de la précarité. En plus d’utiliser les rencontres avec les organisations syndicales comme faire-valoir alors que le bilan était écrit d’avance, le changement promis par le Président Macron n’est pas au rendez-vous ! Tant sur le manque de sincérité dans ladite « concertation » que sur les contenus, le gouvernement du « changement » est dans la continuité de ce que le précédent avait entrepris.

* Pour la CGT, ce procédé jette le discrédit sur la « concertation » tant vantée par le gouvernement.

* Un projet de loi dans lequel « liberté juridique » des employeurs rimerait avec « sécurité juridique » des salariés est, en réalité, une remise en cause profonde des valeurs et du fondement de notre système social.

* Le quotidien des salariés dans le monde du travail serait profondément bouleversé ; de la précarisation des emplois aux atteintes aux droits à la représentation collective des salariés.

* Le texte apporte davantage de précarité : -  pour ceux qui sont en situation d’emploi avec l’assouplissement du licenciement, le plafonnement des indemnités prud’homales ; -  pour ceux qui doivent y accéder, jeunes et privés d’emploi, avec le Contrat de Projet, instaurant le CDD « à vie » ; -  pour tous, avec le contrat de travail, qui ne pourra être opposable à toute modification régressive induite par un accord d’entreprise (par exemple mobilité professionnelle ou baisse des salaires, augmentation de la durée du temps de travail). 

* La CGT dénonce fermement cette conception du « dialogue social ». Elle créera toutes les conditions pour que s’ouvre une véritable négociation à partir de ses propositions d’un Code du Travail du 21ème siècle et de celles remises à la ministre du Travail le 3 juin, résolument tournées vers l’avenir pour les salariés. Dès aujourd’hui, la CGT invite tous les salariés à se mobiliser, le 12 septembre, dans l’action et la grève.

*

Montreuil, le 28 juin 2017

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

Réforme du Code du Travail

Posté par cgtscaletheil le 7 juin 2017

 

Où est l’intérêt des salariés dans ces annonces ?

mardi 6 juin 2017

 

Le gouvernement a dévoilé ce mardi son programme de réformes à court et moyen terme concernant principalement le droit du travail, les moyens d’intervention des salariés, la formation professionnelle, l’apprentissage, l’assurance chômage et la retraite.

La Cgt a pris connaissance en même temps que la presse du contenu précis de ces  propositions, ce qui nous laisse interrogatif sur la méthode de concertation envisagée.

Faisant référence à la mondialisation et à une mutation de l’économie,  le 1er Ministre a justifié ce besoin urgent de réforme, laissant à penser que les principales causes du chômage de masse résideraient dans la rémunération du travail, et les garanties collectives des salariés.

Sans surprise, le gouvernement propose des recettes  déjà utilisées depuis plusieurs décennies qui  n’ont jamais produit d’effets si ce n’est  détruire, les droits, les protections des salariés sans aucune répercussion  positive sur le niveau de l’emploi bien au contraire. L’idée selon laquelle l’accroissement de la flexibilité, l’augmentation du pouvoir des employeurs est source d’une meilleure compétitivité  et de création d’emplois, est très ancienne. Elle est aujourd’hui officiellement remise en cause : des études notamment de l’OCDE confirment qu’il n’y  a pas de relation entre le taux de chômage et le taux de protection de salariés. A l’inverse, cela a eu  un effet immédiat sur le niveau de rémunération du Capital.

L’option est donc de sécuriser les employeurs et de précariser les travailleurs.

Alors que le travail génère beaucoup de souffrance, et  les emplois durement attaqués sous pression d’une économie de plus en plus financiarisée. Le cadre de cette réforme risque de peser une nouvelle fois sur les conditions de vie et de travail des salariés. L’idée de décliner un code du travail entreprise par entreprise, affaiblir les branches ou barêmiser les indemnités prud’homales  induira du dumping social, alourdira le lien de subordination à l’entreprise déjà bien à l’avantage des employeurs.

Un code du travail et des garanties collectives d’avenir devraient apporter de nouveaux droits,  changer notre mode de développement, mieux répartir les richesses produites. Le gouvernement semble décider l’inverse,  il a choisi son camp. Nous partageons ni son diagnostic, et encore moins ses orientations et ses objectifs.  Il semble attendre le résultat des élections législatives pour affirmer d’une manière définitives ses intentions, tout en confirmant l’utilisation d’ordonnances dès cet été  pour accélérer un processus qui n’a pas lieu d’être.

La Cgt a porté de nombreuses propositions depuis l’an dernier  pour améliorer la situation économique et sociale du pays, elle continuera de s’inscrire dans un processus résolument offensif et progressiste. Elle  appelle l’ensemble des salariés  à se mobiliser pour peser dans les jours et les semaines à venir à partir de leurs revendications qui sont à l’opposé des intentions gouvernementales.

Montreuil, le 06 juin 2017

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La Lettre Fédérale No19

Posté par cgtscaletheil le 7 juin 2017

LA LETTRE FEDERALE Numéro 19 dans CGT UPM Chapelle Darblay lettrefedera3eca-5dcb8

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La Lettre Fédérale No 18

Posté par cgtscaletheil le 28 avril 2017

La Lettre Fédérale No 18 dans 7 jours FILPAC lettrefedera92d0-f4690

Publié dans 7 jours FILPAC | Pas de Commentaire »

La Lettre Fédérale N 17

Posté par cgtscaletheil le 14 mars 2017

1fichier pdf lettrefederale17

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

Normandie Industrielle: vallée de seine, vallée du papier

Posté par cgtscaletheil le 8 mars 2017

Normandie Industrielle: vallée de seine, vallée du papier dans informations 4pagesnorman3749-b96c0

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

Propositions CGT dans les négociations de la convention assurance chômage

Posté par cgtscaletheil le 8 mars 2017

Propositions CGT dans les négociations de la convention assurance chômage dans informations conventionch740b-66f61

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

Elections TPE

Posté par cgtscaletheil le 9 février 2017

22.jpg

Les salariés des TPE confirment la CGT comme première organisation,

à dix points devant la deuxième !

Les résultats des élections de représentativité dans les Très Petites Entreprises confirment la CGT comme première organisation syndicale au plan national.

Les salariés qui se sont exprimés ont choisi de légitimer le syndicalisme CGT, qui propose, conteste, revendique, lutte et négocie !  La CGT sort confortée de cette élection et remercie les électeurs.

Cette satisfaction des résultats ne peut gommer l’amateurisme dont ont fait preuve le gouvernement et les services du Ministère du Travail tout au long du processus électoral.

Ils portent notamment la responsabilité du faible taux de participation des salariés à l’élection.

Alors que 4,6 millions de salariés étaient concernés par l’élection, aucune communication digne de ce nom dans les médias n’aura été organisée afin d’informer, sensibiliser et favoriser leur expression.

La CGT dénonce le gouvernement et ses services qui auront jalonné d’embuches l’élection des salariés des TPE comme par exemple le report des élections pendant les fêtes de fin d’année.

Le choix de permettre la participation de listes syndicales pourtant dans l’incapacité de représenter les salariés dans les commissions paritaires qui vont se mettre en place démontre que loin de l’affichage, la prise en compte de l’expression des salariés des TPE sur leurs besoins, leurs revendications n’intéressent que peu le gouvernement !

Les salariés ont amené la meilleure des réponses, celle de placer en tête et loin devant la CGT avec un résultat de 25,12% devant la CFDT à 15,44%.

Ces résultats confèrent de grandes responsabilités à la CGT, qui, forte de ce résultat, réaffirme son engagement auprès des salariés des TPE pour, avec eux, exiger des avancées réelles en matière sociale.

La CGT mesure les efforts de déploiement à réaliser pour mieux représenter les salariés des TPE, leur donner plus de place encore dans le syndicalisme CGT, le syndicalisme de tous les salariés.

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

La CGT se félicite de l’allongement des congés maternité et paternité…

Posté par cgtscaletheil le 9 février 2017

  14525024_863482347115733_8688183529280340498_o

Suite à une proposition de loi de Marie-Georges Buffet, l’assemblée nationale a voté le rallongement du congé maternité de 16 à 18 semaines, durée minimum préconisée par l’OIT, et du congé paternité de 11 à 14 jours. Ce vote a eu lieu malgré l’avis négatif du gouvernement, opposant des raisons budgétaires aux droits des femmes.

La CGT se félicite de ce vote qui fait suite à sa mobilisation pour renforcer la protection du congé maternité. La CGT dénonce le blocage opéré par le gouvernement, alors que de nombreux drames de fausses couches au travail sont venus rappeler ces dernières semaines l’insuffisante protection des femmes enceintes. Alors que le gouvernement a accordé sans aucune contrepartie 40 milliards d’euros de cadeaux aux entreprises avec le pacte de responsabilité, oser refuser l’allongement du congé maternité au prétexte qu’il coûterait 280 millions d’euros sonne comme une provocation.

La CGT se battra pour que les dispositions votées par les député-e-s soient définitivement adoptées et entrent en vigueur au plus vite. La CGT regrette, néanmoins, que les dispositions de la proposition de loi, visant à rendre effectives les sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas la loi et à lutter contre la précarité des femmes sur des temps partiels de moins de 24h n’aient pas été adoptées.

La CGT rappelle ses revendications pour améliorer la protection de la maternité : • le renforcement, dans le code du travail, de la protection des salariées enceintes : visite obligatoire de la médecine du travail, aménagement et/ou changement de poste dès lors qu’il expose la salariée et met en danger son enfant, allègement du temps de travail ; • l’allongement du congé maternité de 16 à 24 semaines sachant que l’OIT préconise 18 semaines ; • l’allongement de la protection contre le licenciement jusqu’à 6 mois après l’accouchement, comme le propose l’ensemble des organisations syndicales françaises avec la Confédération Européenne des Syndicats.

Montreuil, le 6 février 2017

Publié dans informations | Pas de Commentaire »

12345...84
 

Monbazillac: informations c... |
yannfanch |
Klem Ellil Parole de la nuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Buzz Him
| Le terrorisme en Afrique oc...
| SHOWROOM PRIVE