• Méta

  • février 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Bienvenue

    Cher(e)s collègues, Nous sommes heureux de vous accueillir sur le blog de La CGT SCA Le Theil Ce blog se veut un lien supplémentaire entre nous afin de partager au mieux un certain nombre d'informations, mais aussi un lien interactif de partage et d'échange. Vous pouvez ainsi laisser un commentaire à chaque article présent sur ce blog. A bientôt.
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Catégories

    • pas de droits sur l'album 209276
  • Accueil
  • > informations
  • > 50 Milliards D’exonération Contre 1 Million D’emplois ….. Une Vaste Arnaque !!!!

50 Milliards D’exonération Contre 1 Million D’emplois ….. Une Vaste Arnaque !!!!

Posté par cgtscaletheil le 24 février 2014

gal_2

 

 

 

 

 

L’offre est alléchante. En échange de nouvelles exonérations et autres petites gâteries accordées aux patrons, le Medef promet de créer 1 million d’emplois nets en 5 ans. Le pactole !

Pour inciter les entreprises françaises à créer 1 million d’emplois nets, le gouvernement social-démocrate devra consentir quelques efforts. En  matière de cadeaux au patronat, il n’en est plus à ça près, nous direz-vous. Les recettes pour remporter le jackpot sont prévisibles : Baisse des charges (qui dans la terminologie du Medef signifie cotisations sociales), simplifications administratives, flexibilité, le tout adossé à quelques dizaines de milliards d’économies budgétaires. Une paille !

Pour un million d’emplois nets, le jeu en vaut vraiment la chandelle, même si le perfide Bayrou se plaît à rappeler que 3,3 millions de chômeurs de catégorie A, moins un million d’emplois créés = 2,3 millions de demandeurs restants. La logique arithmétique est implacable !

D’autant qu’un million d’emplois créés à l’horizon 2019/2020 ne font que 200.000 créations par an, ce qui correspond pile-poil au nombre des nouveaux inscrits à Pôle Emploi en 2013 dans la seule catégorie A (même constat en 2012).

Ah non, mille excuses ! Notre calcul est approximatif. L’engagement du Medef porte sur la création de 200.000 emplois NETS par an. Autrement dit, dans la conjoncture actuelle, il lui faudra en créer deux fois plus pour contrebalancer les licenciements et en dégager 200.000 supplémentaires.

400.000 emplois créés par an : Qui peut croire à pareille sottise ? Hollande bien entendu ! Sans compter que l’économie française devra absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Tous ces jeunes qui, au terme de leurs études (ou de l’abandon de celles-ci), se présentent au portillon du salariat. Ils sont légion.

La promesse de Pierre Gattaz, Président du Medef, ressemble à s’y méprendre à celle du Président de la République d’inverser la courbe du chômage. Elle n’engage que ceux qui y croient. Pas nous !

Il ne suffit pas de baisser les cotisations (pardon, les charges !) et de favoriser la flexibilité pour relancer les embauches. Ce serait trop simple. Les allégements sont monnaie courante depuis des décennies. Ils se traduisent invariablement par une augmentation des marges bénéficiaires (généreusement distribuées aux actionnaires) et/ou par un accroissement des inégalités entre salariés du bas de l’échelle et cadres dirigeants bien lotis. Pas seulement dans les groupes cotés au CAC40, mais dans la majorité des entreprises. Les nouveaux allégements ne feront qu’amplifier cette dichotomie.

Le million d’emplois nets créés en 5 ans est une fumisterie, tout simplement parce que l’économie française n’en a plus les capacités.

• On ne crée pas d’emplois nouveaux quand on ferme les usines (chaque jour nous apporte son lot de fermetures ou de réductions drastiques des effectifs).

• On ne crée pas d’emplois quand la demande intérieure stagne par le gel des salaires des classes populaires et par l’augmentation du coût de leurs dépenses incompressibles (loyers, énergies…).

• On ne crée pas d’emplois en France avec des catégories supérieures qui dépensent une part grandissante de leurs revenus dans l’achat de produits que nous ne fabriquons pas ou plus : voitures haut de gamme, produits électroniques (smart phones, tablettes, hi-fi, téléviseurs…), fringues, accessoires et montres de luxe, vacances à l’étranger…

Tout accroissement du pouvoir d’achat des catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) se traduit par une augmentation des importations de produits à haute valeur ajoutée qui creusent un peu plus notre déficit commercial abyssal.

La première mesure de bon sens est d’accorder des exonérations aux seules entreprises qui s’engagent à relocaliser leurs usines ou à produire en France des produits que nous ne fabriquons plus et que nous sommes donc contraints d’importer.

Seule une redynamisation de nos capacités de production peut, à terme, nous sortir de la spirale du chômage. Les entrepreneurs doivent produire en France. Cette dynamique conditionnera et justifiera alors l’allégement des coûts. Le premier pas revient donc au Medef : On peut toujours rêver!

2 Réponses à “50 Milliards D’exonération Contre 1 Million D’emplois ….. Une Vaste Arnaque !!!!”

  1. Marc Denoyer dit :

    oui c’est encore une belle manipulation de chiffres économiques au profit des puissants

  2. Jean-jo dit :

    Le chômage continue à grimper, pas étonnant puisque la politique de licenciement des patrons se poursuit dans de nombreux secteurs. Et maintenant, on nous fait encore et encore des promesses… en diminuant les cotisations des entreprises.

Laisser un commentaire

 

Monbazillac: informations c... |
yannfanch |
Klem Ellil Parole de la nuit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Buzz Him
| Le terrorisme en Afrique oc...
| SHOWROOM PRIVE